Vous êtes ici : Accueil > ATELIER SCIENTIFIQUE > La maison écologique partie 2
Publié : 13 octobre 2017

La maison écologique partie 2

Episodes 1 et 2

ETAPE 1 : étude théorique
Quel éclairage est économe et efficace dans une maison ? Telle est la question posée à l’équipe de l’atelier scientifique.

Pour y répondre, des groupes ont été constitués.
Différents types de lampes ont été comparés pour se rendre compte de laquelle était la plus efficace.
Nous avons étudié théoriquement :
- la lampe incandescente qui a une durée de vie de mille heures. Problème : elle est fragile et gaspille de l’électricité en chaleur inutile (95% de perte).
- la lampe fluocompacte qui a une durée de vie de six mille heures en moyenne. Problème : elle s’allume très lentement, et n’est pas facile à recycler. Elle contient du mercure et présente un risque sanitaire en cas de casse.
- la lampe halogène qui a une durée de vie entre deux et quatre mille heures. Problème : elle peut provoquer des brûlures et consomme beaucoup.
- la lampe DEL qui a une durée de vie pouvant aller jusqu’à trente mille heures. Contrairement aux autres lampes, elle ne chauffe pas, est insensible au choc, n’entraîne aucun risque. De plus, elle n’est pas trop onéreuse.
Cette lampe correspondait donc le plus aux critères de la maison écologique afin de polluer le moins possible notre planète. Il restait néanmoins à le prouver scientifiquement.

ETAPE 2 : de la théorie à la pratique

Des blocs d’éclairage ont donc été construits à partir de chutes de plaques de PVC. Ces blocs comportent quatre douilles, pour tester l’efficacité énergétique de chaque lampe et choisir la meilleure.
Sur les plaques de PVC, des mesures ont été prises pour séparer chaque douille à la même distance, puis des trous ont été percés avec une perceuse à colonne et les douilles ont pu être insérées.
Ensuite tout a été branché avec des fils de section, après avoir pris la précaution d’en avoir dénudé l’extrémité. Les fils ont été relié à chacune des quatre douilles. Il suffit alors de brancher, puis de réaliser les mesures avec les capteurs et instruments mis à disposition. La suite au prochain épisode !

Texte effectué à partir de travaux d’élèves de l’atelier scientifique en particulier celui de Mathieu Cunaud.

Portfolio automatique :